cleopatre

Le pouvoir de la femme selon CLEOPATRE (2)

Posted on 12 février 2014 by Ghost Reporter

Suite et fin de l’interview de Cléopâtre : du pouvoir de la femme vers son propre pouvoir.

GR : comment sortir de la réaction à l’homme?

C : en sortir est encore en être prisonnier. Il ne faut pas réfléchir de cette façon. Sortir de quelque chose n’est pas ce que vous devez voir. Ne regarder pas le masculin ou le féminin. Là vous vous éloignez du sujet. Le masculin a sa place même en la femme. Je parle de la femme qui peut trouver en elle la fonction de ce que la forme lui a donné et lui donner une couleur qui lui convient. A elle et non dans un regard extérieur au sien. C’est très simple, regarde une femme dans son environnement. Elle fait ce qui est conditionné en elle. Elle fait ce qui est lié à la fonction de la femme. Et c’est ce conditionnement qui peut échapper à son attrait qui peut la lâcher pour être dans une autre fonction. Et pas dans celle qu’elle a endossé en arrivant mais en ce qu’elle peut transformer durant sa vie. Et de là tu verras que ce ne sera pas en réaction mais en liberté.

« GHOST REPORTER : COMMENT SORTIR DE LA REACTION A L’HOMME ?

CLEOPATRE : EN SORTIR EST ENCORE EN ETRE PRISONNIER. IL NE FAUT PAS REFLECHIR DE CETTE FACON, (…) NON PAS EN REACTION MAIS EN LIBERTE. »

GR: par exemple, toi, comment as-tu conquis ce pouvoir?

C: j’ai regardé, longtemps et attentivement le jeu de la roue qui tourne. La roue de la vie, chacun sa fonction précise et préétablie. J’ai vu que dans cette roue je n’aurai pas ma place. J’ai regardé le monde autrement. J’ai vu que le monde m’appartenait. Cela a été soudain. J’ai été libérée des contraintes de mon époque et a senti cette libération comme un regard neuf à poser sur ce qui est pour en donner ma propre voie. Et là j’ai commencé à jouer mon jeu et non celui de la roue qui tourne. Et là où je posais mon regard je voulais que cela soit suivant ma volonté. Et j’ai réussi ! J’ai vu que cette conviction là de donner le sens que je veux est un effet puissant. Que j’ai continué à exercer. Et j’ai vu que sorti du carcan de l’identité qui nous est donné, une autre forme d’être peut se libérer et produire une autre chose, qui n’est pas celle attendue. Et là le pouvoir pour moi était le pouvoir sur mon environnement que je façonnais suivant ma volonté. J’ai vu que ce qui était en face de moi était à transformer, et non à soumettre dans un sens ou dans l’autre; Je n’ai pas eu l’ambition d’asservir mais de transformer.

GR : donner vie c’est aussi une transformation, donc c’est bien la suite logique de ce que porte la femme?

C: oui, voilà, si tu poses ta volonté ailleurs tu ne seras jamais aussi bonne que l’homme qui lui a posé ses fondations et qui est sur son territoire. Tu y veux ta place? Mais tu seras obligée de te battre contre plus fort que toi. Va sur un autre territoire, celui où tu es déjà en toi. Regarde cela avec un regard neuf. Et tu verras que des pistes se précisent. La transformation c’est aussi en énergie, c’est aussi en conscience, c’est dans beaucoup de domaine où la femme a une fonction plus forte que celle de l’homme. Alors pensez à ces territoires, lâcher le besoin de conquérir ceux déjà occupés, vous vous y fatiguerez et serez encore plus en colère ! Et ils n’y sont pour rien les pauvres hommes, ils ont fait ce qu’il pensaient être bons suivant leurs rôles, allez vers le vôtre et vous serez associés.

GR : quelle sera la position de l’homme face à ce pouvoir en gestation?

C: il sera heureux, car la création de valeur sera forte et il en tirera un bénéfice. N’ayez crainte et avancez avec cet optimisme. A chaque fois que vous pensez qu’il vous contraindra, vous lui donnez l’occasion de le faire. Alors transformez au lieu de vous battre.

Propos recueillis par Ghost Reporter

Facebook Comments

comments

Be the first to leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>