dexter_season_3_poster

La fin de la série Dexter : une logique implacable

Posted on 24 novembre 2013 by Vida Marko

Tout récemment, Canal+ achevait de diffuser la dernière saison de Dexter. Ayant déçu un certain nombre de fans, le dénouement de la série n’en reste pas moins extrêmement cohérent au regard de l’évolution de notre héros. Explications.

Que reprochent réellement les fans de Dexter à la fin proposée par les scénaristes ? Pour certains, cette fin est trop triste. D’autres auraient aimé voir la justice s’emparer de notre héros pour le flanquer sur une chaise électrique. Enfin, quelques-uns auraient aimé ne pas y voir de fin du tout.

Revenons à ce qui constitue la particularité de Dexter : sa psychopathie. Mais qu’est-ce qu’un psychopathe ?

Je ne vais pas ici donner de véritable définition tant cette désignation peut recouvrir un spectre large et variable d’une personne à l’autre. Mais d’une manière générale, ces personnes n’éprouvent pas ou peu d’émotions ni d’empathie.

Cet état peut être induit par une malformation innée du cerveau. En effet, d’après de récentes recherches effectuées à l’aide de l’imagerie cérébrale, les psychopathes auraient une concentration de matière blanche plus faible dans le lobe frontal supérieur droit, dans une zone du lobe frontal droit et dans une zone du système limbique. Ces zones joueraient un rôle dans l’empathie, le raisonnement moral et les mécanismes d’inhibition comme le sentiment de culpabilité.

Mais la psychopathie peut être également provoquée par un traumatisme qui met la personne en distance de ses propres émotions. Dans le cas de Dexter, son traumatisme, remontant à l’âge de quatre ans, a été de voir sa mère découpée en morceaux et d’avoir baigné dans son sang en larmes pendant plusieurs heures. Cet événement a définitivement coupé Dexter de ses émotions et du lien social « normal », une réaction défensive d’ailleurs très répandue au sein de la population « saine ».

Effectivement au début de la série, on trouve dans le personnage de Dexter le parfait psychopathe qui tue sans remords aucun. Ses victimes sont certes des tueurs comme lui mais son action n’est pas motivée par une volonté de justice mais surtout par le respect d’un code enseigné par son père adoptif : tuer d’autres tueurs qui, en toute logique, ne manqueraient à personne, ce qui diminue les chances de se faire prendre. Voilà.

Pourtant, au fil des saisons, Dexter arrive tellement bien à feindre son implication dans les relations interhumaines, qu’on peut légitimement se demander s’il fait véritablement semblant. Ou alors à force de singer la couverture qu’il a créée, n’est-il pas devenu cette couverture, justement ?

dexter4_baby_1280x800

On peut le voir avec Rita, sa première femme et les enfants de cette dernière, une petite famille adoptive pour qui il développe un instinct très protecteur. Puis avec son fils Harrison qu’ils ont eu ensemble, il devient un père aimant et bienveillant. Envers sa sœur Debra, il est animé de ce même élan, ainsi qu’avec d’autres femmes tout au long des huit saisons pour finir sur une apothéose émotionnelle avec Hannah McKay, également tueuse, experte en empoisonnement.

Et c’est notamment lorsque cette dernière refait surface que Dexter perd pied et s’avoue à lui-même en voix off :

« Je donnerais n’importe quoi pour ne plus rien ressentir à nouveau ».

Voilà notre Dexter devenu sensible à autrui, un véritable être humain selon les normes de la société.

Mais la machine avait déjà été désamorcée par sa sœur qui le pousse dans ses retranchements émotionnels spécialement lorsqu’elle découvre le vrai Dexter, le Bay Harbour Boucher, le mystérieux serial killer justicier. Après avoir tué à regrets leur boss, LaGuerta qui l’avait également démasqué, Debra fuit son frère et sombre. Tout comme lui, ne supportant pas cette distance entre eux et le jugement de sa sœur.

Bref, pour un psychopathe, Dexter interagit finalement beaucoup avec les autres sur le plan émotionnel. Il découvre l’amour sous toutes ses formes, le regret, la culpabilité, la peur… puis enfin, l’horreur de perdre sa sœur, une mort due au fait qu’il a renoncé à tuer une dernière fois un dangereux serial killer réalisant qu’il n’en ressentait plus le besoin. Mais voilà celui-ci s’en est pris à sa sœur, plongeant Dexter à nouveau dans ses propres ténèbres à plus forte raison que sa sœur représente une boussole. Il se définit à travers elle. Sans elle, il ne sait plus qui il est.

Dexter décide donc de disparaître, loin de Miami prise dans une tempête. Il laisse son fils aux bons soins d’Hannah, renonçant à les rejoindre en Argentine. Car selon lui, il détruit tout ce qu’il touche et doit protéger les autres de lui-même en disparaissant.

Le dernier plan sur Dexter illustre très bien ce switch émotionnel et son retour au vide et au non ressenti. Visage pâle, regard inexpressif, barbe brouillon. Comme s’il n’investissait plus son corps. Assis à une table, n’émettant aucun son, le regard fixe. Le plan réussit à diffuser parfaitement le vide inscrit en lui. L’image est bouleversante.

Dexter est revenu à l’état de psychopathe après cet ultime traumatisme. Logique.

Vida M.

n-DEXTER-large570

Facebook Comments

comments

What Others Are Saying

  1. Eschylle 26 novembre 2013 at 15 h 16 min

    Dire l’indicible
    émouvoir dans le silence
    partager l’absence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>