Jean Art

jean art mesrineMa vie changea lorsque, durant une émission érotique, j’entendis pour la première fois en fond sonore le groupe « Nirvana ». Ne pouvant plus me contenter d’écouter, j’avais décidé d’apprendre la guitare seul et par tous les moyens.

Je réussis à apprendre en regardant un maximum de concerts en vidéo, ainsi qu’en achetant des magnétoscopes munis d’une bonne résolution d’image, et du bouton pause, afin de pouvoir compter les cases et de repérer où mes musiciens préférés plaçaient leurs doigts lorsqu’ils jouaient.

Il faut être débrouillard quand on vient de la banlieue et d’une famille de huit enfants. J’étais déterminé.  Ça ne sert à rien de réussir sa vie, vaut mieux rater sa mort, alors on fait avec ce qu’on a.

Pour moi, c’est devenu le rock’n roll, le dessin pour l’illustrer et l’écriture pour ne pas oublier.

Mais bien-sûr, la mauvaise aura de la banlieue ne m’a pas épargné. J’ai vécu des histoires et connu des amitiés incroyables dans cette vie là, malgré la violence.

Elles méritent vraiment d’êtres racontées.