les-micro-humains-bernard-werber

Des micro-humains au rêve de l’Atlantide

Posted on 14 octobre 2013 by Vida Marko

Bernard Werber, dans son dernier livre « Les micro-humains » (deuxième volet d’une trilogie évoquant l’apparition d’une « troisième humanité ») sorti le 2 octobre dernier, s’interroge sur les futures possibles de la civilisation humaine et sur ce qu’est véritablement un être humain. Pour ce faire, il utilise la légende d’une civilisation disparue de « super-humains » plus évolués, plus intelligents, plus, plus… ayant vécu sur la belle île-continent de l’Atlantide.

Bernard Werber n’est pas le seul auteur ayant consacré une œuvre littéraire à l’Atlantide. D’autres s’y sont essayés et même des réalisateurs avec plus ou moins de succès. Mais le premier à avoir évoqué ce mythe, du moins d’après les écrits qui ont perduré, est le philosophe Platon.

atlantide-platon-atlantis-543po

« En ce temps-là, on pouvait traverser cette mer Atlantique. Elle avait une île, devant ce passage que vous appelez, dites-vous, les colonnes d’Hercule. Cette île était plus grande que la Libye et l’Asie réunies. (…) Or, dans cette île Atlantide, des rois avaient formé un empire grand et merveilleux. » *

Puis plus loin :

« Dans l’espace d’un seul jour et d’une nuit terribles, toute votre armée athénienne fut engloutie d’un seul coup sous la terre et, de même, l’île Atlantide s’abîma dans la mer et disparut. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, cet océan de là-bas est difficile et inexplorable, par l’obstacle des fonds vaseux et très bas que l’île, en s’engloutissant, a déposés. » *

Qu’avons-nous tous avec l’Atlantide ? D’où vient ce rêve collectif de grandeur humaine ? Oui, je dis bien « nous » car une nuit, il y a quelques années, je rêvais moi aussi de l’Atlantide. Je vous raconte.

C’était un rêve d’anticipation, comme il m’arrive d’en faire de temps en temps. Peut-être avais-je lu ou vu quelque chose se rapportant à l’Atlantide le jour-même, par exemple une affiche brièvement aperçue dans le métro avec laquelle j’ai habillé une situation particulière vécue à cette époque.

Peut-être projetais-je un futur désiré, le rêve d’une belle humanité par opposition à celle perçue par notre société bien moins brillante. Je ne m’en souviens pas. J’ai juste la sensation que le rêve m’est tombé dessus sans crier gare, sans l’avoir construit, n’en déplaise à Freud et consorts.

Dans ce rêve, l’action se situait dans un futur proche. Aussi bizarre que cela puisse paraître – mais quel rêve n’est pas bizarre -, l’humanité redécouvrait une île en plein Océan Atlantique. Une île qui aurait été là de tous temps mais dont personne ne s’était aperçue auparavant. Comme si elle faisait partie d’une autre dimension, impossible de pénétrer tout simplement car l’humanité avait toujours été incapable de sortir de sa propre dimension. Ainsi, on découvrait que deux mondes parallèles avaient toujours coexisté sans jamais se rencontrer.

Les habitants de cette île, ravis de cette ouverture soudaine, accueillaient les premiers visiteurs qui, enchantés, découvraient une nouvelle façon de vivre plus respectueuse envers la nature et envers l’humain. L’île était autosuffisante dans les domaines agricoles et énergétiques. Tout était recyclé, rien n’était gaspillé.

La végétation y était luxuriante et colorée. Les animaux, vivant en parfaite harmonie avec l’homme, semblaient nous sourire. Et les humains étaient beaux, parés de couleurs clairs. Ils semblaient sains et bienveillants. Aucune tension extérieure ne pouvait les atteindre, aucune émotion négative les animer. Il était clair que ces gens avaient beaucoup à nous apprendre et étaient prêts à le faire.

Après les premiers explorateurs – dont je faisais partie hé hé, il n’était pas étonnant que les hippies et les écologistes débarquent. Normal, ce rêve est aussi le leur. Puis, il y a eu les bobos. Puis d’autres franges de la société, tous dans un premier temps en quête d’une meilleure qualité de vie et de développement spirituel, fuyant la dimension nauséabonde que nous avions tous créée. Les habitants les accueillaient, dispensaient leurs enseignements, leur philosophie. Tous écoutaient, avides.

Oui, avides. Car au final, les nouveaux habitants n’ont rien fait d’autres qu’exporter leur dimension d’origine dans la nouvelle, avec tous leurs lots de mal-être, de frustration et de colère. Ils ont pourri l’île, pillé, sali. Je me rappelle m’être dit : « à quoi pouvait-on s’attendre d’autres ? »

24593d50Alors pourquoi tout cela, me direz-vous. Pourquoi ce passage a-t-il été rendu possible ? Nos humains voulaient-ils évoluer ? Ou peut-être les autres humains voulaient-ils sortir de leur zone de confort ? Est-ce le châtiment de la naïveté et sa confrontation avec la réalité ? Ou l’enfermement dans ses propres certitudes d’un côté comme de l’autre… Juste des hypothèses fomentées au moment même où je les écris. Le sens de ce rêve est celui que je veux bien lui donner. C’est tout.

Au réveil, j’étais troublée, vous pouvez bien l’imaginer. Un mot, une idée : l’Atlantide. Je me jetais sur mon ordinateur, Wikipédia et tout le bazar, consignais mon récit dans le disque dur, me disant que cela pourrait faire une chouette histoire… Puis j’ai oublié !

J’ai par la suite recroisé le mythe de l’Atlantide aux dires d’un vieux copain qui me soutenait mordicus que les Atlantes existaient bel et bien et qu’ils vivaient paisiblement en plein centre de la Terre, dans lequel il n’y aurait pas de noyau bourré de métaux chauffés à 6000°C mais… un pays. Je riais donc aux éclats.

« Il s’agit de la théorie de la Terre creuse, mademoiselle-je-sais-tout. Les géologues racontent  des conneries et les grandes puissances le savent mais ne peuvent rien dire à la population. Cela provoquerait une panique générale.

–       Et toi donc, tu le sais aussi. Tu as des preuves, au moins ?

–       Non, j’y crois, c’est tout. »

J’étais sincèrement inquiète pour ce garçon. Mais en même temps, il avait réussi à piquer ma curiosité. Je reprenais donc mes recherches et allais plus loin.

Effectivement, il était loin d’être le seul à croire en cette théorie, qui n’est rien d’autre qu’une énième théorie du complot. On en dénombre plusieurs centaines, et quelques-unes concernent l’Atlantide parmi lesquelles des fugitifs nazis ont cherché à rejoindre le centre de la Terre via un passage secret situé au Pôle Nord… Depuis, pas de nouvelles.

Ont-ils été bien accueillis ? Ou ont-ils été traités comme des rats de laboratoire ? Oui parce que, c’est bien connu, les Atlantes menaient de vastes expériences de clonage mi-humains/mi-animaux et rapetissaient aussi les espèces, comme Bernard Werber l’écrit dans son dernier livre. D’ailleurs, selon la légende, ce sont ces expériences qui les ont menées à leur perte, ce qui sous-entend que lorsque l’Homme se prend pour Dieu, gare à lui !

J’appris aussi dans les milieux spirituels, que des expéditions sont parfois organisées : virées en bateau à proximité des pôles, méditations collectives pour pénétrer dans la 5ème dimension, sorties hors du corps en groupe afin de rencontrer les Atlantes et bénéficier de leurs enseignements. De véritables colonies de vacances.

Tiens, où en sommes-nous du clonage de nos jours ? « Tremblez, mes amis ! », me souffle à l’oreille mon amie Emach**.

Selon eux, si vous voulez rencontrer les Atlantes, il faut le mériter et s’élever spirituellement d’abord. Après peut-être daigneraient-ils vous parler. D’ailleurs, certains d’entre nous recevraient des messages. Mais pour l’instant, l’humanité n’est pas prête dans son ensemble…

Munie de ces informations, je fis appel à Ghost Reporter qui me répondit : « Laisse tomber, les Atlantes existent mais maintenant qu’ils ont quitté cette planète, ils se fichent totalement de vous ».

Et ben moi aussi je m’en fiche, ce qui m’intéresse au final, c’est la représentation des Atlantes faite par nos esprits. Ce mythe est si fort qu’il génère romans, films, théories du complot et même des rêves. Mon rêve. C’est le rêve d’une grandeur humaine, sans doute une projection de ce que nous aimerions être, un idéal d’être…

Certainement la même volonté collective à l’origine de la création des religions. Cette même volonté, pétrie de culpabilité de ne pas arriver à être comme il faudrait être, qui nous mène à l’auto-flagellation, et au dénigrement de notre espèce. L’Atlantide est peut-être le témoin de notre frustration d’appartenir à une humanité que nous pensons médiocre. Le témoin capital de notre propre procès. Un rêve de nous-même. Un idéal à atteindre.

L’Atlantide, peut-être un rêve mais quel beau rêve…

 Vida M.

* Traductions : Albert Rivaud

** Une micro-humaine récemment devenue pote

Facebook Comments

comments

What Others Are Saying

  1. Eschylle 30 octobre 2013 at 13 h 13 min

    Les atlantes, ces deux-pattes de légende, marchent dans vos rêves, ô deux-pattes Vida.

    Le rêve est un chemin où les mots se construisent
    Entrelacés vibrant sur une note ciel
    Amers, délicieux, hostiles ou de miel,
    Ils tissent la lumière en une vocalise…

    • Woods 11 février 2017 at 3 h 43 min

      W grudniu ks. Dariusz obchodziÅ‚ również swoje 45 urodziny. To dla niego bardzo ważna data -wszedÅ‚ bowiem w tzw. „poważy wiek”. ProszÄ™ ksiÄ™dzu Dariuszowi przekazać z tej okazji najezrdsczniejsee życzenia .

    • kredit ratenvertrag autokauf darlehen quittung 11 février 2017 at 15 h 43 min

      TOMY ANGEL MIO HOY SE CUMPLEN 3 AÑOS Y 7 MESES QUE ME DEJASTE MI AMADO VIEJITO!!!!!!!TE EXTRAÑO!!!!!CUIDAME A MI PEQUEÑO ANGEL QUE DIOS ME PRESTO TAN SOLO POR 2 AÑOS Y MEDIO PARA QUE NO SUFRA TANTO POR TU AUCENCIA Y AHORA LOS EXTRAÑO TANTO A LOS 2 2 BESOS HASTA EL CIELO MIS ANGELES!!!!!!!!!!!!!!!! BESOTES CARMEN TQMMM!!!!♥♥♥♥

    • http://www.jazzitupproductions.com/ 15 février 2017 at 18 h 08 min

      Yo, simply become aware of this web page via Yahoo, and found it is truly useful. I’m gonna watch out for brussels. I’ll appreciate as soon as you continue this later on. Lots of people may very well be benefited by means of your composing. Thankx

  2. Melly 11 février 2017 at 4 h 10 min

    Jeg elsker å gå tur når det virkelig bøtter ned og vinden rusker siste rest av blader av trærne.Hurra for den lille fo.lsjeklenrMen bildene dine var flotte. Spesielt det siste, Takk for titten

  3. fifa coins hack pc 20 avril 2017 at 21 h 12 min

    Attractive section of content. I just stumbled upon your website and in accession capital to assert that I get in fact enjoyed account your blog posts. Any way I’ll be subscribing to your augment and even I achievement you access consistently quickly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>